HiStOiReS VaGaBoNdEs
"JE N'ENSEIGNE PAS, JE RACONTE" (MONTAIGNE). VAGABONDER vers le SOLEIL LEVANT sur la CROUTE du MONDE : PARIS, PRAGUE, BUDAPEST, SOFIA et RILA, ISTANBUL, APHRODISIAS, PAMUKKALE, KONYA, la CAPPADOCE (GOREME, PASABAG, ZELVE, CAVUSIN, NEVSEHIR, KAYMAKLI), l'ARMÉNIE et la GÉORGIE (UN PEU PARTOUT !)


Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Mes amis
Album photos

Mes albums

La carte des lieux visités



Rubriques

A1. POEMES : liens
A2. RECITS : liens
A3. LITTERATURE : liens
A4. HISTOIRE GEOGRAPHIE : liens
A5. ARTS : liens
A6. HUMEUR : liens
B10. PARIS
B11. PRAGUE
B12. BUDAPEST
B13. BULGARIE
B14. ISTANBUL
B15. TURQUIE
B16. TBILISSI
B17. GEORGIE

Sites favoris

http://inde.uniterre.com
http://inde2.uniterre.com
http://inde3.uniterre.com
http://nepalaises.uniterre.com
http://bouddha.uniterre.com
http://sikh.uniterre.com
http://hindou.uniterre.com
http://darjeeling.uniterre.com
http://durajasthan.blogspot.com
http://gujarates.blogspot.com
http://nepalaises.blogspot.com
http://bouddhique.blogspot.com
http://hindouistes.blogspot.com
http://jain.uniterre.com
http://jainiste.blogspot.com
http://georgia.uniterre.com

Newsletter

Saisissez votre adresse email

GRANDE PLACE DE KUTAISI (Géorgie, 01.13) (11 PHOTOS, 1 PLAN)

 

 

 

 

 

 

GRANDE PLACE

 

DE

 

KUTAISI

 

 

 

 

 

 

 

 

De la gare routière, le bus n.1 gagne le centre-ville de Kutaisi. À une vitesse de sénateur, il parcourt les avenues, avant de franchir un pont.

Remontée de Tamar Mepe jusqu'à la grande place : la place David IV le Constructeur.

 

 

 

 

 

Au centre de la place, un groupe monumental de sculptures attire l'attention. Comme la circulation est modérée, les piétons accèdent facilement à cette ménagerie immobile.

 

 

 

 

 

 

Deux chevaux carapaçonnés dominent un ensemble d'animaux, disposés en cercles croissants.

 

 

 

 

 

 

La paire de chevaux dorés fait belle figure.

Perchée sur un double plateau circulaire, comme les figurines d'un gâteau d'anniversaire.

Des rectangles de métal doré pendent étrangement sous les chevaux et un plateau...

 

 

 

 

 

 

Dorés également, les animaux secondaires posent sur un bout de colonne, comme sur un podium.

Bestioles le plus souvent à cornes : chèvres, béliers, cerfs, antilopes, bouquetins...

On trouve aussi un buveur fort imbibé, en équilibre instable sur sa chaise.

 

 

 

 

 

 

Et une bestiole bizarre, rencontrée pour la première fois devant le théâtre de Batumi :

 

 

 

 

 

Quelle signification chercher à cet ensemble peu ordinaire ?

Cela semble lié au royaume de Colchide, où Jason et les Argonautes sont venus chercher la Toison d'Or. 

 

 

 

Le théâtre L. Meskhishvili occupe un des côtés de la place.

Façade de style classique avec grand escalier d'apparat, fronton, colonnes aux chapiteaux ouvragés...

 

 

 

 

 

 

Les portes sont intéressantes. Associant le bois, le bronze et le cuivre, elles sont ornées de hauts reliefs.

Couples de centaures masculin et féminin. Lions ailés. Griffons.

 

 

 

 

 

 

 

 

Dionysos, dieu du théâtre, est à la fête. 

Les masques, superbes, se retrouvent jusque dans les poignées de portes.

 

 

 

Je préfère le théâtre à l'opéra, construit de l'autre côté du jardin. Cet opéra a été rénové. Une restauration dont le goût est discutable.

Trop de choses superflues, trop de statues sur le toit... L'architecte n'a guère été inspiré...

 

 

Le jardin rectangulaire sert de lien entre théâtre et opéra.

On y trouve évidemment de quoi satisfaire son goût pour la nature et la musique.

 

 

 

 

 

 

LIENS avec ce TEXTE :

 

22/01/2013: CHANSON DE LA BELLE VIE (Kutaisi)
21/01/2013: LES CLOCHES DE MOTSAMETA (KUTAISI) (10 PHOTOS)
20/01/2013: LES CLOCHES DE MOTSAMETA 2 (KUTAISI) (4 PHOTOS)
19/01/2013: SUR LA ROUTE DE MOTSAMETA (poème) (18.01.2013) (2 PHOTOS)
18/01/2013: MONASTÈRE DE GHÉLATI (KUTAISI) (18 PHOTOS)
17/01/2013: MONASTÈRE DE GHÉLATI 2 (KUTAISI) (5 PHOTOS)
16/01/2013: CATHÉDRALE DE BAGRATI (KUTAISI) (16 PHOTOS)

 

 

 

Lionel Bonhouvrier.

 


Lien

Publié à 12:41, le 26/01/2013 dans B17. GEORGIE, Kutaisi
Mots clefs :

CULTE DE LA MERCÉDÈS (Géorgie, janvier 2013)

 

 

 

 

CULTE DE LA MERCÉDÈS

 

 

 

(Géorgie)

 

 

 

 

 

 

 

 

Squatteur de Tbilisi réparant sa Mercédès (d'occasion).

 

 

 

 

Je n'ai rien contre les grosses voitures. Ces joujoux pour grandes personnes ont une certaine utilité.

Les fêtes de fin d'année étaient une excellente excuse. S'offrir une Mercédès pour Noël, voila qui s'appelle savoir vivre ! On peut se permettre alors d'offrir des bricoles aux enfants.

 

 

Avec leur folie de grosses cylindrées, les Géorgiens exagèrent.

Je l'ai remarqué à Tbilisi. Et les habitants de Kutaisi sont atteints du même virus.

Le virus de la Mercédès.

 

 

À Kutaisi, en marchant dans les rues, je constate qu'un automobiliste sur deux conduit une Mercédès, une BMW, une Audi, une Opel, une grosse VW.

Bref, un de ces engins allemands coûteux, de préférence neufs.

 

 

Parmi toutes ces marques, Mercédès se taille la part du lion (que Peugeot m'excuse, elle se contente de miettes...)

Je félicite les vendeurs de Mercédès pour leur efficacité commerciale. Sa tirelire pleine, chaque Géorgien rêve de la casser chez un concessionnaire Mercédès.

 

 

Un ami turc m'explique :

Il y a beaucoup de voitures d'occasion. Elles viennent d'Europe, sont vendues sans taxe en Géorgie.

- "Tu peux acheter une Opel pour 2000 dollars. Ce n'est pas possible en Europe. Chaque année, tu paies en Europe des taxes trèélevées pour une Mercédès ou une BMW. Pas en Géorgie."

 

 

J'ai pu vérifier la justesse de ces propos, grâce à une promenade dans une zone de squats à Avlabari, un quartier du vieux Tbilisi.

Malgré un nombre considérable de taudis et de squatts, les habitants possèdent Mercédès, BMW et même des Porsche...

 

 

Le prix de l'essence est moins cher qu'en Europe. La publicité conditionne la population à acheter de grosses voitures.

On peut comprendre la passion des Géorgiens pour Mercédes, BMW ou Audi.

 

 

Daimler-Benz devrait construire une usine en Géorgie.

Les habitants pourraient aller à l'usine retirer leur voiture et revenir avec à la maison.

Cela court-circuiterait les délais de livraison.

Mais je sous-estime cette entreprise.

Peut-être est-ce DÉJA FAIT !

 

 

 

 

LIENS avec ce TEXTE :

 

2/02/2013: SQUAT À AVLABARI (Géorgie, 02.13) (TBILISI) (4 PHOTOS)

 

 

 

Lionel Bonhouvrier.

 


Lien

Publié à 18:14, le 25/01/2013 dans B17. GEORGIE, Kutaisi
Mots clefs :

L'ESSENCE DU PRÉSENT (ontologie) (2 PHOTOS)

 

 

 

 

 

 

L'ESSENCE

 

DU

 

PRÉSENT

 

 

 

(ontologie)

 

 

 

 

 

 

 

 

1

 

 

 

IL ÉTAIT UNE FOIS...

 

 

 

Il était une fois...

Ainsi commencent les contes, ces histoires merveilleuses.

Il était une fois... nous plonge dans la magie du conte, où tout est possible.

Les ogres dévorent les enfants, les génies sortent d'une bouteille ou d'une lampe, les enfants perdus dans la forêt deviennent héroïques pour survivre...

 

 

Mais cette formule magique est-elle nécessaire ?

Dans le monde réel, comme dans les contes, tout est possible.

Je vis chaque jour une enfance retrouvée dans la présence magique du temps.

 

 

Que m'importent passé ou avenir ?

Dans le présent, tout est possible dans la présence aux êtres, aux choses et à soi-même.

Je raconte tout au présent, qui suffit à tout dire de cette vérité qui nous taraude.

 

 

Il était une fois...

Formule banale pour adultes fourvoyés dans les labyrinthes du temps.

Un Sésame pour s'extraire de leur enfer personnel le temps d'un conte.

Persuadés que leur vie de contraintes, cadenassée par des horaires rigides, est la vie véritable.

Mais l'existence de tant d'adultes, n'est-t-elle pas un conte de fée qui aurait mal tourné ?

 

 

 

2

 

 

 

SUR LA PISTE DU TEMPS

 

 

 

Dans l'enfance retrouvée, j'échappe au temps mécanisé. Les heures regorgent de sucs. 

Je ne sais rien de ce miracle : une journée.

Quels êtres humains, quelles expériences de lumière ou de neige, quelles nouvelles idées vont la peupler ?

 

 

Où dormirai-je demain ?

J'avance dans l'espace et dans le temps avec des précautions de Sioux.

Serait-ce la chasse ? le sentier de la guerre ?

 

 

L'enfance n'est qu'un paradis terrestre.

Au plus loin de l'Eden.

On y souffre, on y tombe malade et on y meurt.

Tout est possible, le meilleur comme le pire.

 

 

 

3

 

 

 

VOLONTÉ DE PRÉSENCE

 

 

 

Tant de gens tournent en rond dans la nuit dévorés par le feu. Le sens du présent leur échappe.

L'essence du présent, évaporée avec leur âme volatile, n'a plus de valeur. Elle s'échange trois fois rien sur le grand marché des réseaux numériques.

En tant qu'éphémère, je demande à tous les éphémères de retrouver l'essence du présent.

 

 

À chaque époque, le besoin de vérité résiste à la violence, l'intolérance, le goût d'asservir.

Je témoigne d'une présence.

Danser et chanter le présent en ses oscillations extrêmes, entre amour et haine, en jonglant avec les balles interchangeables de la vie et de la mort.

 

 

 

4

 

 

 

RACONTER AU PRÉSENT

 

 

 

Je veux raconter la vérité de ce temps imprévisible, dans une compréhension vivante.

Ne peut-on faire du chaos du monde une oeuvre d'art ?

 

 

Raconter, c'est se rire de la mort.

Dans l'attention et la concentration. Par sympathie envers ceux dont je croise la route.

Avec le présent comme pratique.

Le présent comme sport de combat.

 

 

 

LIENS avec ce TEXTE :

 

 

5/10/2012: RACONTER C'EST SE RIRE DE LA MORT (Istanbul)

 

30/01/2013: ÉCHAPPÉE BELLE (poeme) (Tbilisi, 30.01.2013)

 

23/01/2013: FUNÉRAILLES DU TEMPS (poeme)

 

29/10/2012: AMNESIE (poeme) (Istanbul, 6.XI.2012).

 

28/09/2012: SOFIA : SAGESSE (29.09.2012) (1 PHOTO).

 

16/09/2012: TEMPS RETROUVÉ (poème) (Prague, 16.09.2012).

 


14/09/2012: BALANCE DU TEMPS (Poème) (Prague, 14.09.2012) (2 PHOTOS).

 

 

 

Lionel Bonhouvrier.

 


Lien

Publié à 11:06, le 24/01/2013 dans A3. LITTERATURE : liens, Kutaisi
Mots clefs :

FUNÉRAILLES DU TEMPS (poème)

 

 

 

FUNÉRAILLES

 

du

 

 TEMPS 

 

 

 

(poème)

 

 

 

 

 

Dans un cimetière, je chante

 

la difficulté d'être sur terre

 

en quête d'une voie de lumière

 

ceux qui écoutent sous terre

 

retrouvent un peu de vie

 

dans une voix humaine

 

 

 

Réveillez-vous ! Vous qui dormez

 

loin de la foi, de l'espérance

 

nous serons fauchés et jugés

 

par la justice et par l'amour

 

 

 

Dans un cimetière, je danse

 

pour les zombies en déshérence

 

dans un cercle de feu de souffrance

 

je danse comme une étoile filante

 

s'émerveille du cosmos

 

dans le silence obscur

 

 

 

Réveillez-vous ! Vous qui dormez

 

loin de la foi, de l'espérance

 

nous serons fauchés et jugés

 

par la justice et par l'amour

 

 

 

Que le temps cesse, s'autodétruise !

 

Pour les funérailles du temps

 

je chante et danse en libre atome

 

l'amour demeure, à jamais neuf

 

 

 

 

 

Lionel Bonhouvrier.

 


Lien

Publié à 18:11, le 23/01/2013 dans A1. POEMES : liens, Kutaisi
Mots clefs :

CHANSON DE LA BELLE VIE (Kutaisi)

 

 

CHANSON

 

 

de la

 

 

BELLE VIE

 

 

 

 

(Kutaisi)

 

 

 

 

 

 

Ce que nous rêvons

 

les uns et les autres

 

c'est mener la Belle Vie

 

mener la Belle Vie

 

 

 

 

Ce que nous souhaitons

 

mômes, adultes et vieux

 

c'est mener la Belle Vie

 

mener la Belle Vie

 

 

 

 

Ce que nous voulons

 

aujourd'hui et toujours

 

c'est mener la Belle Vie

 

mener la Belle Vie

 

 

 

 

Passer l'hiver au Caucase

 

entre mer Noire et montagnes

 

c'est mener la Belle Vie

 

mener la Belle Vie

 

 

 

 

D'un monastère à l'autre

 

je marche, songe et m'interroge

 

pour mener la Belle Vie

 

mener la Belle Vie

 

 

 

 

Partout où je passe

 

les amitiés fleurissent

 

et trinquent à la Belle Vie

 

trinquent à la Belle Vie

 

 

 

 

À Prague, Budapest

 

Istanbul, Géorgie

 

je chante la Belle Vie

 

en choeur la Belle Vie

 

 

 

 

À Rila, Sofia

 

Anatolie, Tbilisi

 

je danse à la Belle Vie

 

viva la Belle Vie !

 

 

 

 

LIENS avec ce TEXTE :

 

Lionel Bonhouvrier.

 


Lien

Publié à 09:55, le 22/01/2013 dans A1. POEMES : liens, Kutaisi
Mots clefs :

CATHÉDRALE DE BAGRATI (KUTAISI) (Géorgie, 01.13) (16 PHOTOS)

 

 

 

 

 

 

 

 CATHÉDRALE DE BAGRATI 

 

 

 (KUTAISI) 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1

 

 

 

UNE RESTAURATION CRITIQUÉE

 

 

 

Quand je la découvre, depuis le centre de Kutaisi, sa pierre rutilante et son toit vert d'un goût douteux me sidèrent...

Le lendemain, en franchissant le pont de chaînes, je crains le pire. Après une heure de travail en cyberboutique, je monte gaillardement l'escalier au flanc de la colline.

Belle après-midi, étonnament douce, comparée aux froides journées d'Akhaltsikhe.

 

 

On la connaît sous trois noms : cathédrale de Kutaisi, cathédrale de Bagrati, cathédrale de la Dormition de la Vierge.

Premier roi de la Géorgie unifiée, Bagrat III la fait construire en 1003 pour symboliser l'unité nationale.

D'où son nom de "cathédrale de Bagrat".

 

 

Mainte fois détruite, elle est un enjeu essentiel pour les Géorgiens. Depuis le début du XXème siècle, plusieurs tranches de reconstruction se sont succédées.

Un panneau près du portail d'entrée donnent des explications sur ces phases successives.

 

 

En 1994, l'UNESCO l'inscrit sur sa liste du patrimoine mondial, avec le monastère de Gelati.

En 2012, les travaux de restauration sont tels, qu'ils font peser une menace de radiation de la liste de l'UNESCO...

 

Ses ruines possèdent de nouveau un tambour, une coupole et un toit.

Le 16 septembre 2012, la cathédrale est officiellement reconstruite.

 

 

De près, je suis moins choqué par le résultat de la dernière reconstruction.

La couleur de la pierre semble naturelle.

Le bleu azur symbolise le royaume de Dieu et le vert émeraude la résurrection et le paradis.

Pour la toiture, on voulait obtenir un bleu émeraude. Mais le résultat est un vert opalescent, qui me rappelle l'absinthe et ses paradis artificiels...

 

 

Mais un problème sérieux demeure : pourquoi avoir ajouté des structures métalliques ? Elles sont très visibles de l'extérieur comme à l'intérieur.

Ne pouvait-on employer de la pierre ?

 

 

 

 

 

 

 

2

 

 

 

TERRASSE ET PORTAILS

 

 

 

Je descends vers les fortifications de la terrasse panoramique.

Une grand croix de métal a été plantée du coté ville.

Kutaisi s'étale dans la plaine. Au loin vers le sud, les montagnes du Petit Caucase sont visibles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tour de la cathédrale, pour regarder de près les deux portails, rajoutés après la construction de la nef.

Sculptures et motifs décoratifs abondent.

 

 

Côté entrée, le portail ouest :

Les chapiteaux méritent l'attention. Une danse des loups, des griffons ou autres bestioles diaboliques...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Côté ville, le portail sud :

Les chapiteaux sont ornés de feuillages, de grappes de raisin, de têtes de bélier...

 

 

 

 

 

3

 

 

 

INTÉRIEUR DE LA CATHÉDRALE

 

 

 

Peu de monde dans la cathédrale.

Vaste espace quasi vide. La plupart des murs sont nus. Coupole et murs voisins sont neufs. On distingue la différence entre parties anciennes et  récentes.

Les structures métalliques me déplaisent.

 

 

 

 

 

 

Je ne ressens pas grand chose dans cette cathédrale. J'y reste donc peu de temps.

 

 

Beaucoup d'icônes sont contemporaines.

Celle de la Dormition de la Vierge me plaît pour son télescopage du temps et de la logique. Le Christ présente Marie emmaillotée dans ses langes à elle-même. La Vierge mère meurt sans mourir...

 

 

 

 

 

 

4

 

 

 

PROLONGATION

 

 

 

Je prolonge ma visite en retournant voir le panorama de Kutaisi. On peut grimper sur des murs de fortification pour augmenter le champ de vision.

 

 

 

 

 

 

Trouver les places, bâtiments connus à raz de terre, reconstituer un quartier est amusant.

 

 

 

 

 

Le Rioni fait un méandre sur la droite, disparaît dans le tissu urbain, réapparaît au loin vers le sud, plus large.

 

 

Quand on monte sur les murailles à l'est, on découvre quelques constructions intégrées au bastion, un lac et des maisons et chalets.

Les versants sont couverts de conifères. Les montagnes servent d'écrin à ce paysage paisible.

 

 

 

 

 

 

 

 

Redescendu des murailles, je flâne entre la cathédrale et la terrasse. 

Je n'arrive pas à quitter le site.

La lumière du crépuscule est divine. Elle dore la pierre, qui devient brioche savoureuse. On aimerait mordre dedans...

 

 

 

 

 

 

Sur la terrasse, je contemple un miracle ignoré de la plupart. Le soleil éclabousse une dernière fois les vitres des maisons et des immeubles.

Kutaisi clignote dans un réseau de milliers de miroirs avant la nuit.

 

 

 

 

 

 

LIENS avec ce TEXTE :

 

21/01/2013: LES CLOCHES DE MOTSAMETA (KUTAISI) (10 PHOTOS)
20/01/2013: LES CLOCHES DE MOTSAMETA 2 (KUTAISI) (4 PHOTOS)
19/01/2013: SUR LA ROUTE DE MOTSAMETA (poème) (18.01.2013) (2 PHOTOS)
18/01/2013: MONASTÈRE DE GHÉLATI (KUTAISI) (18 PHOTOS)
17/01/2013: MONASTÈRE DE GHÉLATI 2 (KUTAISI) (5 PHOTOS)

14/01/2013: MONASTÈRE DE SAPARA (16 PHOTOS)
13/01/2013: MONASTERE DE SAPARA 2 (7 PHOTOS)

 

 

 

Lionel Bonhouvrier.

 


Lien

Publié à 12:09, le 16/01/2013 dans B17. GEORGIE, Kutaisi
Mots clefs :

FAST FOOD (KUTAISI) (15.01.2013)

 

 

 

 

FAST FOOD

 

 

(KUTAISI)

 

 

 

 

 

 

Je demande un café ou un thé

 

mais l'on ne sert que des boissons froides

 

gazeuses et sucrées, désolé !

 

 

 

Le personnel mange dans la salle commune

 

une serveuse m'offre un verre de vin

 

mon "Madloba !" les fait toutes rire

 

 

 

Une cuisinière me prépare un café

 

la serveuse ne facture que le sandwich

 

leur générosité me touche

 

qu'ai-je fait pour la mériter ?

 

 

 

Être suffit pour obtenir un don

 

vivre en ce monde et savoir recevoir

 

comme il faut savoir donner à propos

 

 

 

 

Lionel Bonhouvrier.

 


Lien

Publié à 15:41, le 15/01/2013 dans B17. GEORGIE, Kutaisi
Mots clefs :