HiStOiReS VaGaBoNdEs
"JE N'ENSEIGNE PAS, JE RACONTE" (MONTAIGNE). VAGABONDER vers le SOLEIL LEVANT sur la CROUTE du MONDE : PARIS, PRAGUE, BUDAPEST, SOFIA et RILA, ISTANBUL, APHRODISIAS, PAMUKKALE, KONYA, la CAPPADOCE (GOREME, PASABAG, ZELVE, CAVUSIN, NEVSEHIR, KAYMAKLI), l'ARMÉNIE et la GÉORGIE (UN PEU PARTOUT !)


Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Mes amis
Album photos

Mes albums

La carte des lieux visités



Rubriques

A1. POEMES : liens
A2. RECITS : liens
A3. LITTERATURE : liens
A4. HISTOIRE GEOGRAPHIE : liens
A5. ARTS : liens
A6. HUMEUR : liens
B10. PARIS
B11. PRAGUE
B12. BUDAPEST
B13. BULGARIE
B14. ISTANBUL
B15. TURQUIE
B16. TBILISSI
B17. GEORGIE

Sites favoris

http://inde.uniterre.com
http://inde2.uniterre.com
http://inde3.uniterre.com
http://nepalaises.uniterre.com
http://bouddha.uniterre.com
http://sikh.uniterre.com
http://hindou.uniterre.com
http://darjeeling.uniterre.com
http://durajasthan.blogspot.com
http://gujarates.blogspot.com
http://nepalaises.blogspot.com
http://bouddhique.blogspot.com
http://hindouistes.blogspot.com
http://jain.uniterre.com
http://jainiste.blogspot.com
http://georgia.uniterre.com

Newsletter

Saisissez votre adresse email

KAYMAKLI : CITÉ SOUTERRAINE DE CAPPADOCE (5 PHOTOS, 1 CARTE)

 

 

 

 

 

 

 

 

KAYMAKLI :

 

CITÉ SOUTERRAINE

 

DE CAPPADOCE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 1

 

 

 

Du VIe au Xe siècles, l'insécurité conduit certains habitants à construire des cités troglodytes. Invisibles de l'extérieur, elles constituent un abris idéal.

La contrepartie est de vivre dans une fourmilière...

 

 

La Cappadoce compte une centaine de villes souterraines. La région au sud de Nevsehir en regorge car le tuf est un peu plus tendre.

Beaucoup sont d'ailleurs oubliées. On en découvre au hasard de labours ou de travaux publics.

Quelques cités troglodytes se visitent comme Derinkuyu, la plus grande, ou Maziköy.

 

 

 

2

 

 

 

De Göreme, un minibus gagne Nevsehir chaque demie heure. Un autre minibus relie Nevsehir à Kaymakli,  située à 20 km.

Le parking contient déja trois cars. Des groupes d'Asiatiques viennent d'arriver : Japonais et Coréens.

 

 

Pour 15 liras, on peut visiter une fourmilière, avec des touristes en guise d'insectes. En été, la foule et les bouchons interminables provoqués par des couloirs très étroits transforment certainement le circuit en épreuve.

À déconseiller formellement aux claustrophobes !

 

 

On entre dans une étable, des mangeoires sont creusées près du mur du fond, avant de descendre à gauche.

Je suppose que certains doivent marmonner une prière pour avoir le privilège de revenir sain et sauf de cette descente en enfer...

Je laisse le groupe de Japonais prendre de l'avance.

 

 

Un guide me propose ses services en français. Avant qu'il ne développe une rhétorique bien huilée, je refuse poliment.

Mon expérience de rhéteur vaut la sienne...

Pour l'aller, on suit les flèches rouges. Ensuite, les flèches noires nous ramènent jusqu'à l'entrée principale.

Impossible de se perdre, même quand on fait seul la visite.

 

 

Les espaces du village sont reconstitués sous terre : étables, entrepôts, silots, pressoirs, cuves, pièces d'habitation, salles communes, églises.

Voici une cuisine avec sa belle table de pierre :

 

 

 

 

 

Un réseaux d'étroites galeries relient ces espaces. De temps en temps, un carrefour permet de distribuer plusieurs galeries. Tout est très organisé.

 

 

 

 

 

 

Des meules de pierre peuvent fermer les galeries à la moindre alerte.

 

 

 

 

 

On ne visite jamais tous les niveaux d'une cité souterraine. Le parcours intègre une demi douzaine d'étages en moyenne.

Des escaliers permettent de circuler entre les niveaux.

 

 

 

 

 

 

Souvent, il faut avancer dans des chatières. Les personnes très corpulentes ne peuvent y passer.

Des cheminées constituent un système d'aération. Ces puits peuvent se prolonger par un réservoir à eau.

Des lampes à huile sont posées sur des niches creusées dans la roche.

 

 

Je retrouve l'air libre une heure plus tard. Il n'est pas encore 11h. J'ai le temps de découvrir le cirque de Zelve, puis les cheminées de fée de Pasabag.

 

 

 

 

LIENS avec ce texte :

 

12/12/2012: PASABAG : CHEMINEES DE FEE (CAPPADOCE) (5 PHOTOS)

4/01/2013: VARDZIA, CITÉ TROGLODYTE ( 7 PHOTOS).

3/01/2013: VARDZIA, CITÉ TROGLODYTE (2) (10 PHOTOS). 

 

 

 

 

Lionel Bonhouvrier.

 


Lien

Publié à 09:36, le 18/12/2012 dans B15. TURQUIE, Kaymaklı
Mots clefs :