HiStOiReS VaGaBoNdEs
"JE N'ENSEIGNE PAS, JE RACONTE" (MONTAIGNE). VAGABONDER vers le SOLEIL LEVANT sur la CROUTE du MONDE : PARIS, PRAGUE, BUDAPEST, SOFIA et RILA, ISTANBUL, APHRODISIAS, PAMUKKALE, KONYA, la CAPPADOCE (GOREME, PASABAG, ZELVE, CAVUSIN, NEVSEHIR, KAYMAKLI), l'ARMÉNIE et la GÉORGIE (UN PEU PARTOUT !)


Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Mes amis
Album photos

Mes albums

La carte des lieux visités



Rubriques

A1. POEMES : liens
A2. RECITS : liens
A3. LITTERATURE : liens
A4. HISTOIRE GEOGRAPHIE : liens
A5. ARTS : liens
A6. HUMEUR : liens
B10. PARIS
B11. PRAGUE
B12. BUDAPEST
B13. BULGARIE
B14. ISTANBUL
B15. TURQUIE
B16. TBILISSI
B17. GEORGIE

Sites favoris

http://inde.uniterre.com
http://inde2.uniterre.com
http://inde3.uniterre.com
http://nepalaises.uniterre.com
http://bouddha.uniterre.com
http://sikh.uniterre.com
http://hindou.uniterre.com
http://darjeeling.uniterre.com
http://durajasthan.blogspot.com
http://gujarates.blogspot.com
http://nepalaises.blogspot.com
http://bouddhique.blogspot.com
http://hindouistes.blogspot.com
http://jain.uniterre.com
http://jainiste.blogspot.com
http://georgia.uniterre.com

Newsletter

Saisissez votre adresse email

UNE GÉORGIENNE AU COEUR D'OR (AKHALTSIKHE) (Géorgie, 01.13)

 

 

UNE GÉORGIENNE 

 

 

AU COEUR D'OR

 

 

 

(AKHALTSIKHE)

 

 

 

 

 

 

 

 

1

 

 

 

Après l'invitation du jeudi après-midi, à mon arrivée à Akhaltsikhe, Kate me reçoit le lendemain soir.

Cette fois, la table du salon a disparu. Pliée, elle est rangée contre un mur. La table basse près de la banquette est servie. La soirée est familiale.

Seul homme de la soirée, je fais mieux connaissance avec la soeur de Kate, Nona et ses trois enfants.

 

 

À mon arrivée, Mariam (6 ans) et Tekla (7ans) sont assises sur le tapis du salon. Occupées à regarder les images d'un livre racontant la vie et l'oeuvre d'un artiste.

Je me joins à elles et nous feuilletons ensemble le livre.

 

 

Kate et Nona ont fini leurs préparatifs. On me place sur la banquette. Je les questionne sur leur famille.

Kate a 50 ans et Nona 43 ans. Quand elles ont perdu leur mère, Kate (13 ans) l'a remplacée auprès de sa petite soeur (6 ans).

 

 

Nona a trois enfants. La veille, Ilia (3 ans) a chanté quelques airs après ses soeurs ainées.

Pendant que nous discutons, Mariam et Tekla vont et viennent.

Mariam, si sérieuse hier, fait le clown et boit du vin malicieusement. Elle se sent à l'aise en ma présence.

Tekla écoute notre conversation, prononce deux ou trois mots en anglais.

 

 

Kate a de nombreuses activités.

Elle s'occupe de l'hôtel, qu'elle a acheté avec trois autres personnes. Toutes ont vendu une maison pour réunir la part nécessaire.

 

 

Elle donne des cours bénévoles de chant à Akhaltsikhe et dans toute la région. Elle réunit les chanteurs au séminaire, chez elle ou à l'hôtel. 

Dans les églises de la région, elle forme un groupe de chorale pour chaque église.

 

 

En cette période de fêtes, entre le 1er janvier et le 7 janvier (Noël orthodoxe), Kate a beaucoup de travail.

Son mari également. Il est absent, car il est avec des amis du patriarcat orthodoxe, où il travaille.

 

 

Kate vit de façon traditionnelle une religion orthodoxe vécue en profondeur.

- "Les Géorgiens n'ont rien. Pourtant notre pays est riche ! Mais nous nous aidons entre voisins, entre amis, entre familles !"

 

 

 

Passionnépar les arts, elle chante très bien, sa soeur Nona est peintre, son fils Guja fait du théâtre.

- "Nous sommes pauvres. Mais nous avons des livres !"

- "Si vous avez des livres, vous avez beaucoup !"

 

 

Alors que je lui parle de Shoba Rustaveli, elle m'explique :

- "Pour les Géorgiens, Shoba Rustaveli est notre Shakespeare !"

 

 

 

2

 

 

 

Samedi soir, la réceptionniste vient me chercher. Au téléphone, Kate m'invite à dîner.

Je monte chez elle, où je fais enfin la connaissance de son mari. Grand gaillard barbu, à la voix vibrante.

 

 

À 52 ans, Georges est responsable de district au patriarchat orthodoxe.

Il doit résoudre des problèmes très divers.

Il parle russe, mais pas l'anglais. Il le regrette car il doit passer par Kate pour converser avec moi.

Il a voyagé en Turquie orientale : Van, Erzurum,...

Nous parlons de la position des Géorgiens, entre la Turquie et l'Arménie.

Mais quelqu'un vient le chercher, il doit repartir assez vite.

 

 

Le beau-père de Kate a été maire d'Akhaltsikhe il y a une dizaine d'années, pendant six ans.

Leur famille est bien connue dans la ville.

Il a vécu dans leur appartement actuel.

C'est un écrivain local. À l'âge de 82 ans, il vit maintenant dans un village avec sa femme (76 ans).

 

 

Nona et ses enfants logent quelques jours chez Kate pendant les vacances scolaires.

Ils repartiront le lendemain dans leur village, à l'ouest d'Akhaltsikhe.

Kate se tourne vers moi : "Quel dommage ! Les enfants vont me manquer. Et ma petite soeur aussi !" 

 

 

 

LIENS avec ce TEXTE :

 

14/01/2013: MONASTÈRE DE SAPARA (16 PHOTOS)
13/01/2013: MONASTERE DE SAPARA 2 (7 PHOTOS)
9/01/2013: FORTERESSE D'AKHALTSIKHE (15 PHOTOS).
8/01/2013: FORTERESSE D'AKHALTSIKHE (2) (14 PHOTOS).
5/01/2013: ENVOYÉ DE DIEU (AKHALTSIKHE)

 

 

 

Lionel Bonhouvrier.

 


Lien

Publié à 12:33, le 6/01/2013 dans B17. GEORGIE, Akhalts'ikhe
Mots clefs :