HiStOiReS VaGaBoNdEs
"JE N'ENSEIGNE PAS, JE RACONTE" (MONTAIGNE). VAGABONDER vers le SOLEIL LEVANT sur la CROUTE du MONDE : PARIS, PRAGUE, BUDAPEST, SOFIA et RILA, ISTANBUL, APHRODISIAS, PAMUKKALE, KONYA, la CAPPADOCE (GOREME, PASABAG, ZELVE, CAVUSIN, NEVSEHIR, KAYMAKLI), l'ARMÉNIE et la GÉORGIE (UN PEU PARTOUT !)


Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Mes amis
Album photos

Mes albums

La carte des lieux visités



Rubriques

A1. POEMES : liens
A2. RECITS : liens
A3. LITTERATURE : liens
A4. HISTOIRE GEOGRAPHIE : liens
A5. ARTS : liens
A6. HUMEUR : liens
B10. PARIS
B11. PRAGUE
B12. BUDAPEST
B13. BULGARIE
B14. ISTANBUL
B15. TURQUIE
B16. TBILISSI
B17. GEORGIE

Sites favoris

http://inde.uniterre.com
http://inde2.uniterre.com
http://inde3.uniterre.com
http://nepalaises.uniterre.com
http://bouddha.uniterre.com
http://sikh.uniterre.com
http://hindou.uniterre.com
http://darjeeling.uniterre.com
http://durajasthan.blogspot.com
http://gujarates.blogspot.com
http://nepalaises.blogspot.com
http://bouddhique.blogspot.com
http://hindouistes.blogspot.com
http://jain.uniterre.com
http://jainiste.blogspot.com
http://georgia.uniterre.com

Newsletter

Saisissez votre adresse email

SEPT CERCLES DE L'AMOUR (2) (Tbilissi, Géorgie, janvier 2014)

 

 

SEPT CERCLES DE L'AMOUR (2)

 

 

 

 

5

 

AIMER AUTRUI COMME SOI-MÊME

 

 

"Aimer les autres comme soi-même" est incompréhensible pour la plupart des bipèdes.

En général, l'amour humain discrimine.

J'aime parfois mon fils ou ma fille comme moi-même.

Ou bien mon épouse ou mon mari.

 

 

Comment étendre cet amour à tous ?

Il faut lâcher prise, ne plus favoriser sa famille ou ses amis.

Cesser toute discrimination entre humains.

Et aimer le premier venu en frère jumeau, comme membre indispensable de l'humanité, fraternelle et solidaire.

 


 

L'amour, seul lien réel entre les êtres, mérite une pleine confiance.

Que l'amour inspire notre conduite, comme si notre réceptacle humain avait brisé sa coque de noix.

Oubliant tout intérêt personnel, agir dans l'optique universelle de l'amour.

 

 

C'est difficile, sans doute impossible.

Le corps a des besoins, nous ne sommes pas de purs esprits. Nos faiblesses souvent nous rattrapent.

Blaise Pascal : "L'homme n'est ni ange, ni bête, et le malheur veut que qui veut faire l'ange fait la bête".

 

 

6

 

AIMER SES ENNEMIS

 

 

Aimer ses amis est facile.

"Vous devez aimer même vos ennemis !" disait Jésus de Nazareth à des auditoires perplexes.

Aimer un ennemi, qui nous déteste, rêve de notre mort ?

 

 

C'est reconnaître que la haine est une erreur, dont nous devons refuser de jouer le jeu.

Haïr un ennemi est un réflexe.

Une compréhension supérieure annule ce réflexe de défense

 

 

Aimer un ennemi, c'est dépasser la haine, démontrer son impuissance et la vaincre.

En brisant le cercle vicieux de la haine, j'édifie le cercle vertueux de l'amour.

Un ennemi devient notre égal, partenaire dans le jeu de la vie.

 

 

Sommes-nous capables de laisser l'amour agir sans discrimination ?

Comme le soleil éclaire nos amis et nos ennemis ?

Acceptons que l'amour inspire notre conduite, sans intervenir avec notre subjectivité, nos passions dérisoires.

 

 

Mais pouvons-nous nous priver d'ennemis, ces tuteurs de nos infirmités de cœur ?

Renoncer à la haine, à ses ennemis est peut-être le plus dur. Nous comprenons, effondrés, que nos vies se bâtissent sur des sables mouvants.

 

 

7

 

HAINE DE SOI

 

Blaise Pascal :

"Il faut n'aimer que Dieu et ne haïr que soi".

"La vraie et unique vertu est de se haïr".

 

 

Au premier abord, ces pensées semblent anti-chrétiennes.

Elles contredisent le précepte : "Aimer son prochain comme soi-même".

 

 

En réfléchissant, on comprend que Pascal vise l'amour propre et l'égo.

Se haïr, c'est combattre l'amour propre, au voile malpropre qui travestit (rabougrit) le réel à la mesure de notre égoïsme.

Se haïr, c'est éradiquer l'égo, obstacle à la vision et la compréhension de Dieu.

 

 

Quand l'être humain chasse l'égo et l'amour propre, il crée le vide en soi, laisse la grâce l'envahir, combler la place.

La haine de soi devient vertu, capacité à laisser l'amour emplir notre être, à devenir Dieu.

 

 

Peut-être sommes-nous capables, à de rares moments priviligiés, de considérer l'univers et de penser d'un point de vue divin.

Et d'agir comme si l'espace et le temps cessaient de nous broyer, depuis le péché originel, en leurs mâchoires impersonnelles.

 

 

Lionel SIGNAC.

 



Publié à 10:50, le 30/01/2014 dans A3. LITTERATURE : liens, Tbilissi
Mots clefs :
Page précédente
Page 5 sur 220