HiStOiReS VaGaBoNdEs
"JE N'ENSEIGNE PAS, JE RACONTE" (MONTAIGNE). VAGABONDER vers le SOLEIL LEVANT sur la CROUTE du MONDE : PARIS, PRAGUE, BUDAPEST, SOFIA et RILA, ISTANBUL, APHRODISIAS, PAMUKKALE, KONYA, la CAPPADOCE (GOREME, PASABAG, ZELVE, CAVUSIN, NEVSEHIR, KAYMAKLI), l'ARMÉNIE et la GÉORGIE (UN PEU PARTOUT !)


Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Mes amis
Album photos

Mes albums

La carte des lieux visités



Rubriques

A1. POEMES : liens
A2. RECITS : liens
A3. LITTERATURE : liens
A4. HISTOIRE GEOGRAPHIE : liens
A5. ARTS : liens
A6. HUMEUR : liens
B10. PARIS
B11. PRAGUE
B12. BUDAPEST
B13. BULGARIE
B14. ISTANBUL
B15. TURQUIE
B16. TBILISSI
B17. GEORGIE

Sites favoris

http://inde.uniterre.com
http://inde2.uniterre.com
http://inde3.uniterre.com
http://nepalaises.uniterre.com
http://bouddha.uniterre.com
http://sikh.uniterre.com
http://hindou.uniterre.com
http://darjeeling.uniterre.com
http://durajasthan.blogspot.com
http://gujarates.blogspot.com
http://nepalaises.blogspot.com
http://bouddhique.blogspot.com
http://hindouistes.blogspot.com
http://jain.uniterre.com
http://jainiste.blogspot.com
http://georgia.uniterre.com

Newsletter

Saisissez votre adresse email

CIMETIÈRES (UBISA) (Géorgie, 11.10.2013) (6 PHOTOS)

 

 

 

 

 

 

CIMETIÈRES (UBISA)

 

 

 

 

 

 

 

 

1

 

 

 

Je n'ai jamais caché mon amour des cimetières.

Malgré l'ostracisme, le rejet instinctif de la mort. 

Pourquoi garder un amour secret par respect de convenances sociales ?

 

 

 

 

 

J'aime les cimetières.

À l'école primaire, j'ai assisté avec ma classe à des cérémonies du onze novembre.

Je ne comprenais guère les discours d'hommage aux anciens combattants.

Devant les tombes au cimetière du vieux Pecq, je rêvais

Nulle envie d'écouter, ni de parler. Seulement de rêvasser aux trépassés, à leur silence fleuri.

Hypnotisé déjà par les foucades du temps ?

 

 

 

2

 

 

 

 

 

De passage à Ubisa, je flâne au cimetière.

Soleil et vent.

Arbres et plantes frémissent, oscillent dans la lumière.

Le lierre s'accroche aux troncs morts et aux poteaux de clôture. Les ifs jaillissent vers le ciel, leurs cimes se balancent doucement.

 

 

Mon cœur bat avec force, rythmant le présent, comme s'il ne devait jamais s'arrêter.

Tous ces morts, inconnus que je ne connaîtrai jamais.

Souvent, une photo avec deux dates. La durée au cour de laquelle leur cœur cognait dans leur poitrine.

 

 

Certaines familles ont installé une table de pierre ou de métal près d'une tombe. Elles peuvent venir s'asseoir, penser tranquillement aux disparus.

 

 

 

 

Une table et deux bancs de bois me plaisent beaucoup.

Je m'y attable pour écrire dans une solitude parfaite.

 

 

J'imagine un banquet improvisé avec trois joyeux lurons, qui multiplieraient, à la géorgienne, les toasts à leurs amis.

 

 

 

 

Des dizaines de jeunes, disparus brutalement en 1993, dans une Géorgie d'apocalypse.

Cibles de snipers, victimes de la route, suicidés, accidentés de toutes les manières imaginables... 

Assassinés par des porteurs de flingues déchaînés par l'évaporation de la police, ...

 

 

Accompagnée de chants d'adieu, la cérémonie - entre larmes et sourires - prendrait des heures...

 

 

 

LIENS avec ce TEXTE :

 

25/10/2013: LES FRESQUES D'UBISA (Géorgie) (11.10.2013) (16 PHOTOS)

 

 

 

Lionel Bonhouvrier.

 



Publié à 12:56, le 11/10/2013 dans B17. GEORGIE, Ubisi
Mots clefs :
Page précédente
Page 21 sur 220