HiStOiReS VaGaBoNdEs
"JE N'ENSEIGNE PAS, JE RACONTE" (MONTAIGNE). VAGABONDER vers le SOLEIL LEVANT sur la CROUTE du MONDE : PARIS, PRAGUE, BUDAPEST, SOFIA et RILA, ISTANBUL, APHRODISIAS, PAMUKKALE, KONYA, la CAPPADOCE (GOREME, PASABAG, ZELVE, CAVUSIN, NEVSEHIR, KAYMAKLI), l'ARMÉNIE et la GÉORGIE (UN PEU PARTOUT !)


Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Mes amis
Album photos

Mes albums

La carte des lieux visités



Rubriques

A1. POEMES : liens
A2. RECITS : liens
A3. LITTERATURE : liens
A4. HISTOIRE GEOGRAPHIE : liens
A5. ARTS : liens
A6. HUMEUR : liens
B10. PARIS
B11. PRAGUE
B12. BUDAPEST
B13. BULGARIE
B14. ISTANBUL
B15. TURQUIE
B16. TBILISSI
B17. GEORGIE

Sites favoris

http://inde.uniterre.com
http://inde2.uniterre.com
http://inde3.uniterre.com
http://nepalaises.uniterre.com
http://bouddha.uniterre.com
http://sikh.uniterre.com
http://hindou.uniterre.com
http://darjeeling.uniterre.com
http://durajasthan.blogspot.com
http://gujarates.blogspot.com
http://nepalaises.blogspot.com
http://bouddhique.blogspot.com
http://hindouistes.blogspot.com
http://jain.uniterre.com
http://jainiste.blogspot.com
http://georgia.uniterre.com

Newsletter

Saisissez votre adresse email

LE PHOTOGRAPHE (Tbilisi) (1 PHOTO)

 

 

 

LE PHOTOGRAPHE

 

 

 

 

 

 

 

 

À tous les amoureux de la photographie.

 

 

 

 

1

 

 

 

Qui est-il ?

On l'appelle le photographe.

Il va dans la vie avec un appareil photo.

Sans lui, il se sent nu, incomplet, sans âme.

Sans son boîtier bourré d'électronique, le monde devient bancal, hoquette sur son orbite solaire.

Ce qui  déchaîne des catastrophes.

 

 

 

2

 

 

 

Voyeur à casquette.

Sans yeux.

Regard mental obsessionnel du photographe.

Nouveau proverbe : obsédés visuels, obsédés sexuels !

Paradoxalement, il leur manque les yeux.

 

 

Jamais assez d'images pour apaiser ce vide, qui envahit leur être.

 

 

 

3

 

 

 

Le voyeur se cache derrière son appareil photographique.

Yeux masqués.

Il transfère son sens de la vue à l'objectivité du capteur d'images.

Rapt de la réalité visuelle.

 

 

Le voyeur prend le masque du photographe.

Chasseur d'images.

En quête de proies à ramener dans sa besace.

Des icônes, fragments figés d'une réalité foisonnante, impossible à maîtriser en son flux continuel.

 

 

 

4

 

 

 

Sa faim d'images est sans fin.

Il photographie moins les images du monde qu'une vision intérieure.

Cette photo, colle-t-elle un peu à sa vision ?

En est-elle imprégnée comme d'un parfum divin ?

 

 

 

5

 

 

 

Ses yeux reculent dans leurs orbites.

Le photographe n'a plus de regard.

Comme la justice aux yeux bandés, il ne juge plus sur l'apparence.

Dans ses cauchemars, le photographe aveugle se jette d'un pont, par désespoir.

 

 

 

6

 

 

 

Ses yeux disparaissent dans son cerveau, dans sa moëlle épinière, très loin, hors d'atteinte.

Impossible de les récupérer.

Ses yeux exorbités découvrent ce qui n'a de nom dans aucune langue, des mondes inimaginables, aux sources de la vie.

 

 

Le masque du photographe se dilate de rire.

Avec ou sans lui, la fête continue !

 

 

 

LIENS avec ce TEXTE :

 

19/03/2013: BAS LES MASQUES ! (critique) (Tbilisi) (2 PHOTOS)

15/03/2013: AUX BALS MASQUÉS DE LA VIE (poème) (2 PHOTOS)
13/03/2013: AUTOBIOGRAPHIE MASQUÉE (Tbilisi, 13.03.2013) (2 PHOTOS)

 

 

 

Lionel Bonhouvrier.

 



Publié à 12:37, le 11/03/2013 dans A3. LITTERATURE : liens, Tbilissi
Mots clefs :
Page précédente
Page 75 sur 220