HiStOiReS VaGaBoNdEs
"JE N'ENSEIGNE PAS, JE RACONTE" (MONTAIGNE). VAGABONDER vers le SOLEIL LEVANT sur la CROUTE du MONDE : PARIS, PRAGUE, BUDAPEST, SOFIA et RILA, ISTANBUL, APHRODISIAS, PAMUKKALE, KONYA, la CAPPADOCE (GOREME, PASABAG, ZELVE, CAVUSIN, NEVSEHIR, KAYMAKLI), l'ARMÉNIE et la GÉORGIE (UN PEU PARTOUT !)


Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Mes amis
Album photos

Mes albums

La carte des lieux visités



Rubriques

A1. POEMES : liens
A2. RECITS : liens
A3. LITTERATURE : liens
A4. HISTOIRE GEOGRAPHIE : liens
A5. ARTS : liens
A6. HUMEUR : liens
B10. PARIS
B11. PRAGUE
B12. BUDAPEST
B13. BULGARIE
B14. ISTANBUL
B15. TURQUIE
B16. TBILISSI
B17. GEORGIE

Sites favoris

http://inde.uniterre.com
http://inde2.uniterre.com
http://inde3.uniterre.com
http://nepalaises.uniterre.com
http://bouddha.uniterre.com
http://sikh.uniterre.com
http://hindou.uniterre.com
http://darjeeling.uniterre.com
http://durajasthan.blogspot.com
http://gujarates.blogspot.com
http://nepalaises.blogspot.com
http://bouddhique.blogspot.com
http://hindouistes.blogspot.com
http://jain.uniterre.com
http://jainiste.blogspot.com
http://georgia.uniterre.com

Newsletter

Saisissez votre adresse email

DANSES DANS LA VILLE (Tbilisi) (Géorgie, 02.13) (11 PHOTOS)

 

 

 

 

 

 

DANSES

 

DANS LA VILLE

 

 

(Tbilisi)

 

 

 

  

 

1

 

 

 

À Tbilisi, les nombreuses statues dansantes m'interrogent.

Y-a-t-il en Géorgie un rapport spécifique à la danse ?

On n'essaime pas tant de bronzes en mouvement sans une puissante motivation.

La pesanteur du métal est une contrainte.

 

 

 

2

 

 

  

 

 

 

J'aime la place Orbéliani. 

Pourtant, je ne la connais qu'en hiver, engoncé dans un pull et une parka, saucissonné d'une écharpe.

En été ou au printemps, ce doit être un paradis.

 

 

 

 

 

Il y a des arbres, il y a un jardin avec des bancs.

Autour de la place, il y a des bars, des restaurants, des boutiques de toutes tailles, de l'échoppe au supermarché. 

Entre la vieille ville et la place Orbéliani, un souterrain permet d'échapper au trafic des avenues Baratashvili et Pouchkine. 

 

 

 

 

 

 

 

Il y a un grand bassin circulaire bleu ciel, truffé de jets d'eau. Et surtout en cette fontaine dansent six personnages de bronze à la grâce orphique.

 

 

 

 

 

 

Je passe souvent par le jardin, pour le plaisir de regarder les membres inspirés de ces danseuses surprises en plein vol.

 

 

 

 

 

 

 

L'un joue de la flute traversière, d'autres préfèrent souffler d'un pipeau magique entre leurs doigts. 

 

 

 

3

 

 

 

 

"Berikaoba" (A. Monaselidze, G. Janberidze,1981).

 

 

 

 

Rue Baratashvili, près du pont, on danse au village.

La composition de sculptures est très dynamique. 

"Berikaoba" est l'oeuvre du sculpteur A. Monaselidze et de l'architecte G. Janberidze (1981).

J'entends mouliner les vielles, hennir les juments et mugir les cornemuses.

Les coqs du village font danser les belles aux joues vermeilles, émoustillées par le vin, la musique et les plaisanteries lestes.

 

 

 

 

 

 

On s'amuse à perdre haleine, les pieds nus galopent sur la terre pleine d'échos dans une ronde échevelée d'après boire.

 

 

 

 

 

 

 

4

 

 

 

 

Sculptures de G. Japaridze (2006).

 

 

 

Sur le pont Baratashvili, comme sur le pont d'Avignon, on y danse, on y danse.

Les sculptures enjambent aussi la rembarde, s'embrassent, se photographient.

Exactement comme dans les émissions de téléréalité...

 

 

 

 

 

 

 

LIENS avec ce TEXTE :

 

 

9/12/2012: SEMA : DANSE des DERVICHES TOURNEURS (Konya) (16 PHOTOS).

 

4/10/2012: MUSIQUE ET DANSE DERVICHE TOURNEUR (Istanbul, 5/10/2012).

 

18/10/2012: DE LA DANSE (Aphorismes) (23.10.2012).

 

 

 

Lionel Bonhouvrier.

 



Publié à 11:51, le 1/02/2013 dans B17. GEORGIE, Tbilissi
Mots clefs :
Page précédente
Page 99 sur 220