HiStOiReS VaGaBoNdEs
"JE N'ENSEIGNE PAS, JE RACONTE" (MONTAIGNE). VAGABONDER vers le SOLEIL LEVANT sur la CROUTE du MONDE : PARIS, PRAGUE, BUDAPEST, SOFIA et RILA, ISTANBUL, APHRODISIAS, PAMUKKALE, KONYA, la CAPPADOCE (GOREME, PASABAG, ZELVE, CAVUSIN, NEVSEHIR, KAYMAKLI), l'ARMÉNIE et la GÉORGIE (UN PEU PARTOUT !)


Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Mes amis
Album photos

Mes albums

La carte des lieux visités



Rubriques

A1. POEMES : liens
A2. RECITS : liens
A3. LITTERATURE : liens
A4. HISTOIRE GEOGRAPHIE : liens
A5. ARTS : liens
A6. HUMEUR : liens
B10. PARIS
B11. PRAGUE
B12. BUDAPEST
B13. BULGARIE
B14. ISTANBUL
B15. TURQUIE
B16. TBILISSI
B17. GEORGIE

Sites favoris

http://inde.uniterre.com
http://inde2.uniterre.com
http://inde3.uniterre.com
http://nepalaises.uniterre.com
http://bouddha.uniterre.com
http://sikh.uniterre.com
http://hindou.uniterre.com
http://darjeeling.uniterre.com
http://durajasthan.blogspot.com
http://gujarates.blogspot.com
http://nepalaises.blogspot.com
http://bouddhique.blogspot.com
http://hindouistes.blogspot.com
http://jain.uniterre.com
http://jainiste.blogspot.com
http://georgia.uniterre.com

Newsletter

Saisissez votre adresse email

AU PAYS DES AVEUGLES (KADIKOY) (1 PHOTO).

 

 

 

AU PAYS DES AVEUGLES

 

 

(KADIKÖY)

 

 

 

 

 

 

Médaillon grec de bronze (place de Kadiköy).

 

 

 

 

Aujourd'hui je découvre Kadiköy, l'ancienne Chalcédoine, c'est-à-dire "la cité du cuivre".

L'oracle de Delphes l'a désignée comme "le pays des aveugles" quand une délégation de Mégare l'interrogea sur le lieu où fonder une nouvelle colonie.

 

 

Je prends un ferry à Eminönü pour "le pays des aveugles".

Le bateau longe le port sur la côte asiatique, avec ses grues jaunes et ses portiques oranges pour conteneurs. Il s'engage dans un chenal pour éviter un courant défavorable. Nous débarquons vingt minutes plus tard. 

 

 

Kadiköse traverse à pied les yeux fermés.

À Moda, au bord de la mer de Marmara, je remplace mes lunettes par des lunettes solaires. Pour ressembler, par mimétisme, à un aveugle.

Beaucoup de promeneurs portent des verres noirs sous un soleil resplendissant.

 

 

De gros rochers isolent la promenade du rivage. J'en franchis quelques uns pour m'asseoir près des vagues.

En ce milieu d'après-midi, le soleil chauffe l'air d'octobre comme en juin. Yeux fermés, j'emplis mes poumons d'air marin, l'iode circule et décrasse la pollution d'Istanbul.

 

 

L'esprit est massé par le brassage des vagues, qui se glissent entre les rochers en un bouillonnement d'écume.

Mes doigts sentent le poisson, que j'ai mangé une heure plus tôt. Ils palpent la rugosité des roches, chauffées par le soleil.

 

 

Je me lève, chante comme les Grecs au temps de leur grandeur.

Des mouettes s'approchent, tournent autour de mon corps et de leurs cris me servent de choeur épouvanté.

Et je fais une libation à la mer.

 

 

Lionel Bonhouvrier.

 



Publié à 18:13, le 22/10/2012 dans A3. LITTERATURE : liens,
Mots clefs :
Page précédente
Page 180 sur 220